Monographies de la SoFOP

Traitement des lésions d'hypersollicitation chez l'enfant

R. GOURON

Service de chirurgie de l'enfant, unité orthopédie pédiatrique, CHU Amiens, France

[2020]

Aucun fichier PDF n'est disponible pour ce résumé

Résumé

La tendance actuelle est à la pratique de plus en plus intensive des activités sportives chez l’enfant [1,2]. Beaucoup d’enfant pratiquent plusieurs activités sportives avec de moins en moins de période de pause de fin de saison entraînant une sollicitation permanente de l’appareil musculo-squelettique [3]. De plus, cette pratique sportive a tendance à se spécialiser précocement et surtout à être réalisée de manière de plus en plus intensive plus tôt conduisant inéluctablement à augmenter le risque de lésions d’hypersollicitation sur le squelette immature [4].
La sollicitation répétée osseuse, musculaire ou tendineuse sans un temps adapté de récupération et de cicatrisation conduit à des microtraumatismes de ces structures. Le cartilage de croissance est physiologiquement vulnérable tout particulièrement au niveau des apophyses lieux d’insertions de ces tendons sollicités ce qui entraîne des lésions spécifiques des structures apophysaires. La physe et les épiphyses peuvent être également sollicitées ce qui peut entraîner également des lésions intra articulaires. Enfin, les contraintes répétées de compression et de tension sur cet os peuvent entrainer des œdèmes de la médullaire et à terme des fractures de contrainte pouvant intéresser des segments diaphysaires, métaphysaires mais également le rachis (spondylolyse).
Le traitement de ces lésions doit s’intéresser à tous les éléments physiopathologiques conduisant à l’hypersollicitation et bien sûr à la spécificité et aux conséquences locales de ce stress.


Mots clés

hypersollicitation, overuse, enfant

DOI

10.34814/sofop-2020-017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.