Monographies de la SoFOP

Traitement chirurgical des ostéochondrites disséquantes du genou

Y. LEFEVRE (1), A. LALIOUI (1), F. ACCADBLED (2)

1. Service d'Orthopédie Pédiatrique de l'Hôpital des Enfants du CHU de Bordeaux, France.
2. Service d'Orthopédie Pédiatrique de l'Hôpital Purpan, CHU de Toulouse, France.

[2020]

Aucun fichier PDF n'est disponible pour ce résumé

Résumé

L’ostéochondrite disséquante du genou (ODG) est une affection du cartilage articulaire et de l’os sous chondrale. Dans sa forme juvénile, les physes sont encore ouvertes. Sa localisation préférentielle est la face latérale du condyle médial du fémur. Ces lésions seront classées, au minimum, en fonction de leur aspect radiologique voire de leur aspects en IRM et macroscopique en arthroscopie. L’âge du patient constitue un des principaux facteurs prédictifs de l’évolution ainsi que le caractère stable ou instable de la lésion à l’IRM.
Le but du traitement, en plus de la sédation définitive des douleurs, est de reconstituer de l’os sous chondral et de prévenir l’effondrement de la surface articulaire, le cas échéant de prévenir la dégénérescence arthrosique locale précoce en cas de décrochage d’un fragment ostéo-cartilagineux.
Le traitement chirurgical sera entrepris après avoir épuisé les possibilités non chirurgicales si celles-ci sont indiquées. Ses modalités dépendront des symptômes en rapport, de la maturité squelettique, des caractéristiques de la lésion (nature, localisation, taille et stabilité). Cette prise en charge est encore débattue sans réel consensus. Néanmoins il est possible d’en détailler les différentes alternatives et de proposer un arbre décisionnel fondé sur les résultats de différentes études de la littérature.


Mots clés

ostéochondrite, genou, chirurgie

DOI

10.34814/sofop-2020-020

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.